Cigarette électronique : comment éviter ses méfaits?

Lancée en l’an 2000, la cigarette électronique a suscité l’engouement général au cours de ses premières années d’existence. Elle a même été promue meilleure alternative au tabagisme. Ces dernières années, les discours sont toutefois en train de changer, pointant le dispositif du doigt et avançant plus d’avertissements que d’encouragements. Savez-vous pourtant qu’il suffit d’adopter les bons gestes pour éviter les méfaits rattachés à la vape ? Quels sont ces gestes ?

Choisir la bonne cigarette électronique

Même les plaisirs les plus sains deviennent malsains lorsqu’on en abuse. Il en va de même pour la vape. A trop vouloir vapoter, on finit par ressentir plus d’effets secondaires et il faut éviter cela. Pour ce faire, essayez d’espacer les fréquences de vapotage et apprenez à bien choisir votre matériel en fonction de vos besoins. Entre un drip tip 810 original long ou large, il faudra par exemple savoir faire la différence entre les sensations offertes. Cela vous permettra de choisir le modèle qui répond le mieux à vos attentes.

Dans le cas où votre embout buccal délivre une vapeur trop chaude ou une quantité trop importante de vapeur et que cela a des répercussions  sur votre état de santé, essayez de changer d’appareil. Une vapeur trop chaude risque de brûler vos papilles tandis qu’un trop plein de vapeur peut vous faire tousser.

Si votre but est de devenir cloud chaser, il vous faut d’abord apprendre les rudiments de cette discipline avant de se lancer. Comprenez que le cloud chasing consiste à aspirer une grosse quantité de nuage donc il faut préparer les poumons à cela.

Lire et comprendre les étiquettes des e-liquides

Les e-liquides sont indispensables pour vapoter puisque c’est leur évaporation qui va générer de la vapeur. Sur le marché, on trouve une grande variété de liquides dont des parfums gourmands et originaux. La grande majorité des vapoteurs choisissent leur liquide en fonction de leur arôme sans tenir compte des composants des flacons. 

Certes, le critère goût est primordial, mais il ne faut pas pour autant fermer les yeux sur les autres ingrédients. D’emblée, on évitera les flacons sans étiquettes ou celles dont les étiquettes ne mentionnent pas la formule complète de son contenu.

Face aux flacons étiquetés et bien renseignés, on prendra soin à lire et surtout à comprendre les différents ingrédients utilisés pour la conception du contenu. La formule de base commune à tous les e-liquides est la même à savoir propylène glycol (PG) + glycérine végétale (VG) et arômes.

A part ces derniers, on peut tolérer la nicotine à condition que son taux soit inférieur à 20 mg/ml et l’alcool si sa dose est limitée à 1 %. Au-delà de ces limites seuils, on évitera tout simplement d’acheter le flacon.

Si vous voyez marquer d’autres ingrédients à part ceux qu’on vient de citer, il faut se méfier et se renseigner sur les produits additifs. S’il s’agit d’huile ou de beurre, on évitera de prendre le flacon. Il en va de même s’il s’agit de produits psychotiques ou d’autres produits chimiques méconnus.

Choisir sa dose de nicotine précautionneusement

Pour ceux qui veulent vapoter de l’e-liquide nicotiné, il est conseillé de respecter le taux adapté à son niveau de dépendance.

Si vous avez été un gros fumeur fortement dépendant, il se peut que les e-liquides à sels de nicotine soient les plus appropriés puisque ces derniers affichent un taux de nicotine allant de 10 à 20 mg/ml.

Si vous avez été un petit fumeur occasionnel et que vous pouvez encore très bien vivre sans nicotine, limitez-vous aux e-liquides non nicotinés.

Si vous avez été un fumeur moyen avec une petite dépendance, essayez de trouver la dose la plus adaptée à vos besoins. Pour ce faire, commencez par un e-liquide à 10 mg/ml de nicotine. Si vous ressentez des maux de tête, des vertiges ou des nausées, la dose est trop élevée pour vous donc descendez au taux inférieur jusqu’à trouver la dose qui comble vos besoins sans générer d’effets secondaires indésirables.

Notez que le taux le plus faible est de 3 mg/ml. Si cette dose vous paraît encore trop élevée, n’hésitez pas à vous concocter votre propre e-liquide en y ajoutant le nombre de boosters qui permettrait d’obtenir un taux inférieur à 3 mg/ml.

Pour information, la nicotine est un dérivé des feuilles de tabac. Même si son taux est régulé dans les e-liquides, un surdosage peut engendrer une nouvelle forme de dépendance. Voilà pourquoi il faut éviter un abus du produit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *